Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez ici.

 

Quelles expériences et quels enseignements de la première journée ?
Thierry BERTHET, LEST, France

À retenir

  • Il est proposé de réfléchir à un changement de sémantique visant à parler de persévérance plutôt que de décrochage scolaire.
  • Il conviendrait de discuter de l’obligation scolaire : la durée de scolarisation obligatoire devrait-elle être revue ? Une double obligation (âge et qualification) devrait-elle être envisagée ?
  • Le financement européen a joué un rôle clef dans la plupart des projets présentés lors de la conférence.
  • L’introduction d’une forme de « flexicurité » pourrait conduire à une flexibilisation du système scolaire et à une sécurisation des parcours des élèves.

Décrochage scolaire et marché du travail : une relation complexe
Florence LEFRESNE, Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) France

À retenir

  • Les chiffres du décrochage dans les différents pays sont fortement liés aux effets de classement des diplômes, puisque la norme européenne sur ce qu’on appelle « décrochage » fait référence au niveau de diplôme.
  • On peut compter dans les sorties précoces du système scolaire des jeunes qui pour autant sont en emploi (la moitié des sortants précoces en Allemagne) : il peut y avoir un effet d’attractivité exercé par le marché du travail.
  • Certains programmes de lutte contre le décrochage scolaire incluent la dimension du genre, notamment en incitant des jeunes hommes à s’orienter dans les formations sur du care.