Formation continue


Une formation continue trop faiblement axée sur les apprentissages des élèves en difficultés

Si la formation initiale a retrouvé en partie une place dans le cursus des étudiants-enseignants avec la création des Espé, il reste encore beaucoup à faire en termes de formation continue. En effet, la France est marquée par l’absence de formation continue annuelle obligatoire pour les enseignants, contrairement à d’autres pays européens (voir graphique ci-après sur la formation au primaire et au collège).

Au niveau des contenus, l’explicitation des politiques scolaires (cycles, non redoublement, socle commun) auprès des acteurs « en situation » est nécessaire. La mise en place de nouvelles organisations scolaires et de nouveaux programmes ne peut en effet avoir lieu sans être accompagnée d’une formation des enseignants, avec un outillage théorique et pratique, en lien avec les contextes d’exercice.

Les enseignants eux-mêmes revendiquent cette nécessaire formation continue et sont relativement peu à se déclarer bien ou très bien préparés à certains aspects de leur pratique professionnelle. Ainsi, au collège, alors qu’ils sont 90 % à se déclarer bien ou très bien préparés à leur discipline ils ne sont que 60 % à s’estimer préparés à la pédagogie (Cf. graphique ci-dessous).

Les besoins en formation déclarés par les enseignants sont divers, mais sont particulièrement importants en matière d’approche pédagogique individualisée.