Ressources humaines


Des inégalités dans le profil des enseignants

Certains territoires attirent davantage les enseignants et sont moins soumis au turnover des équipes pédagogiques. D’autres concentrent un nombre important de professeurs âgés de moins de trente ans et de contractuels.

Des territoires qui cumulent des enseignants jeunes et peu stables

La figure ci-dessous croisant la part des enseignants de moins de 35 ans et la part des enseignants présents dans un collège public depuis plus de 5 ans nous permet de distinguer plusieurs types de territoires opposés en termes de ressources humaines.

La Seine-Saint-Denis se démarque largement des autres départements français (en marron dans le graphique). En effet, ce département possède à la fois le plus fort taux d’enseignants de moins de 35 ans (53,4 %, contre 23,5 % en moyenne) et la part la plus faible d’enseignants présents dans l’établissement depuis plus de 5 ans (30,8 %, contre 50,9 % en moyenne).

En dehors de Paris, l’Île de France (en rouge dans le graphique) se distingue particulièrement en ce sens où elle cumule les taux d’enseignants les plus jeunes et la part d’enseignants en poste depuis plus de 5 ans la plus faible (Val-d’Oise, Seine-et-Marne, Essonne, Val-de-Marne, Hauts-de-Seine et Yvelines). L’Oise et la Haute-Marne (frontaliers à l’Île de France), mais également le Rhône, sont des départements également confrontés à des ressources humaines plus jeunes et moins stables dans des départements densément peuplés.

À l’opposé, les départements de périphérie de France métropolitaine et de montagne peu peuplés comme que le Jura, les Vosges, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales et les Hautes-Alpes mais également les départements tels que le Finistère ou la Manche ont des enseignants plus âgés et plus sédentaires (en vert dans le graphique).

Relation entre la part des enseignants de moins de 35 ans
et leur stabilité dans les collèges publics par département