Certaines pratiques d’enseignement potentiellement inefficaces

La prise en compte des difficultés rencontrées par les élèves en mathématiques, notamment en éducation prioritaire, peut amener certains enseignants à adapter leurs pratiques. Mais, selon certaines recherches[1], synthétisées dans un rapport commandé par le Cnesco, ces adaptations pourraient ne pas être toujours favorables aux apprentissages.

Voir le rapport

Ces recherches montrent, en effet, que lorsqu’un enseignant donne des exercices trop simples ou apporte de trop grandes aides aux élèves, il pourrait y avoir un risque d’aggravation des difficultés des élèves.

En effet, un problème peut être présenté de plusieurs façons, dont certaines sont plus simplifiées et peuvent diminuer la réflexion de l’élève.

Par exemple : sur un problème de jeu de billes entre deux enfants qui font 3 parties, où chacun gagne ou perd des billes à chaque partie, l’enseignant peut demander directement combien il en reste à chaque enfant à la fin des 3 parties, ou bien il peut découper le problème et demander combien il en reste à chacun après chaque partie. Il crée ainsi des étapes qui facilitent la résolution du problème, mais qui diminuent la réflexion des élèves.

Certaines recherches montrent aussi que l’enseignement des mathématiques repose souvent sur une volonté des enseignants de mettre l’élève en activité, soit pour découvrir une nouvelle notion, soit pour l’approfondir dans une situation de recherche.

Cette dynamique d’apprentissage ne peut se révéler efficace que si l’acquisition d’une nouvelle notion ou d’une nouvelle propriété de calcul, par exemple, est clairement au cœur de cette activité et explicitée à la fin du cours.

Or, les premières recherches menées en éducation prioritaire montrent que, si cette condition n’est pas respectée, ces pratiques pourraient avoir tendance à renforcer les différences entre les élèves plutôt que de remédier à leurs difficultés scolaires.

 

Pour aller plus loin :

Retrouver l’ensemble des ressources de la conférence de consensus

 

[1] Butlen D., M. Charles-Pézard et P. Masselot (2015, novembre). Apprentissage et inégalités au primaire : le cas de l’enseignement des mathématiques en éducation prioritaire. Cnesco (contribution dans le cadre du rapport du Cnesco sur les inégalités scolaires d’origines sociales et ethnoculturelles, à paraître en 2016).