Orientation et redoublement


Face à la difficulté de s'orienter, comment mieux préparer élèves et parents ?

Témoignage d'un praticien
Françoise OULD, Lycée Jean Monnet, Amiens

À retenir

  • Le lycée général et technologique Jean Monnet a mis en place une démarche qui articule projet professionnel et pédagogie afin d’aider les élèves à s’orienter et diminuer les taux de redoublement.

  • Les collégiens sont accueillis dès la quatrième, avec leurs parents, afin de découvrir les différentes classes proposées et les techniques d’enseignement. Cette opération est renouvelée en troisième.

  • Les lycéens sont suivis par les professeurs et bénéficient de contacts avec des professionnels extérieurs au lycée. Le redoublement n’intervient qu’en dernier recours, et son taux a chuté suite au lancement de cette démarche.


Orientation et redoublement : quelles politiques dans les pays de l'OCDE ?
Lisa Bydanova, Ciep

À retenir

  • On distingue plusieurs types de pays, dans la conception qu’ils ont du cursus professionnel : les pays où les cours professionnalisants sont  ouverts à tous les élèves ; les pays où voie générale et voie professionnelle sont distinctes, les pays où les cours professionnalisants sont offerts à tous les élèves, mais où ces cours sont peu valorisés.

  • Dans certains pays, il est courant qu’un faible niveau de redoublement et des politiques actives dans le domaine de l’orientation soient mis en place.

  • Pour encourager l’orientation progressive, les pays peuvent travailler sur une plus grande liberté d’action et de décision pour les établissements, le soutien des initiatives locales au niveau national, des liens forts entre établissement et monde extérieur, et une approche progressive de l’orientation.


Orientation et redoublement : quel diagnostic ?
Arnaud RIEGERT, INSEE

À retenir

  • Le redoublement est principalement dû à deux facteurs : les difficultés scolaires de l’élève et les désaccords concernant l’orientation.

  • En troisième et en seconde générale, il y a une adéquation assez forte entre demande d’orientation et orientation effective, due notamment à la discussion en amont faite avec l’enseignant.

  • Les filières les plus sélectives (S, ES et L) sont moins accessibles pour les élèves ayant redoublé leur troisième ou leur seconde.