Quelles politiques scolaires pour former notre jeunesse : université d’été du Cnesco



Les inscriptions à l’université d’été sont désormais closes.

Une réflexion collective et prospective qui s'appuie sur des ressources scientifiques

En ce début de quinquennat, le Cnesco a mis en place un événement d’envergure pour permettre d’engager une réflexion collective sur des thématiques centrales dans l’éducation pour les années à venir. L’événement et les préconisations qui en ressortiront, assises sur des ressources scientifiques et sur l’expertise des acteurs de terrain, pourront ainsi alimenter la réflexion des acteurs de l’éducation.

Cette activité a pour objectif de convier un public de décideurs et d’acteurs de terrain issus d’univers variés. Les participants ont eu la responsabilité, à partir de ressources scientifiques, rapports et avis produits par le Cnesco et le CESE, de réaliser des diagnostics sur des questions précises et de faire remonter collectivement des préconisations opérationnelles.

Un programme qui aborde des thématiques cruciales

La première journée permettra d’orienter les travaux futurs du Cnesco.

L’université d’été s’est ouverte, le matin, par un débat sur l’intérêt démocratique de l’évaluation des politiques publiques en partenariat avec France Stratégie et le LIEPP-Sciences Po dans lequel Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France, a joué le rôle de grand témoin.

L’après-midi a été consacrée à des travaux en ateliers qui se sont concentrés sur des thèmes précis :

  • dispositifs de traitement de la difficulté scolaire au primaire ;
  • formation continue des enseignants ;
  • architecture et restauration scolaires ;
  • évaluation des établissements ;
  • orientation scolaire (parcours des élèves et pilotage des politiques).
La seconde journée sera l’occasion de proposer des préconisations sur le thème « justice à l’école et territoires ».

La plénière sur la justice à l’école, en partenariat avec France Stratégie, s’est appuyée sur des évaluations inédites du Cnesco produites par l’Université de Caen (ESO Caen). Michel Lussault, géographe à l’ENS de Lyon, était le grand témoin de cette plénière.

Les ateliers de l’après-midi ont abordés :

  • l’école obligatoire en milieu rural ;
  • la continuité de la scolarité de Bac-3 à Bac+3 ;
  • la gouvernance du système éducatif ;
  • les rythmes scolaires dans une perspective de réduction des inégalités ;
  • les politiques territorialisées de réduction des inégalités ;
  • les modes de financement de l’éducation.