Nathalie MONS, présidente du Conseil national d’évaluations du système scolaire (Cnesco)

C’est à un double défi que s’est attaqué le Conseil national d’évaluation du système scolaire : contribuer, modestement mais avec volonté, à faire évoluer les pratiques des acteurs du monde éducatif en produisant une évaluation indépendante et pertinente du système scolaire.

Consulter le rapport d’activité

Consulter le dossier de présentation de la remise

Consulter le programme de la remise


Témoignages des partenaires

 

Pourquoi avoir choisi de travailler avec le Cnesco ? Quels sont ses points forts ? Les directeurs et présidents partenaires expriment leur point de vue sur le Cnesco.

 

Daniel ASSOULINE, Directeur du Centre international d’études pédagogiques (CIEP)

« Les travaux du Cnesco, en particulier ses conférences de comparaisons internationales (récemment sur la mixité sociale, à venir sur la formation professionnelle), donnent un éclairage scientifique sur des questions essentielles de comparaison des systèmes éducatifs. Le CIEP y contribue à travers les services et les publications de son centre de ressources et d’ingénierie documentaires. Son action de coopération internationale en éducation y gagne en sens et en visibilité. »

Claude LESSARD, ancien président du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) du Québec

« J’ai recherché un partenariat avec le Cnesco, d’abord parce qu’il entend, depuis sa création et au cours des années qui viennent, aborder des questions et des enjeux importants pour nos systèmes éducatifs, ensuite parce qu’il a une façon originale de travailler à l’interface de la recherche scientifique, de la décision politique et de l’évolution des représentations des acteurs des divers terrains concernés. »

 

Jean-Marie PANAZOL, Directeur de l’École supérieure de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche  (ESENESR)

« Manager une organisation scolaire et prendre les bonnes décisions dans un cadre réglementaire défini suppose de disposer d’un certain nombre d’indicateurs qualitatifs et quantitatifs pertinents. Ces outils, qu’ils proviennent d’études internationales, nationales ou locales, sont indispensables pour gérer et tenir compte de la complexité croissante des environnements scolaires et universitaires. L’évaluation et l’interprétation opérationnelle des résultats de celle-ci sont donc au cœur des compétences des cadres, quelles que soient leurs fonctions. Contribuer à l’évaluation du système éducatif en étant associé au programme de travail du Cnesco tout en bénéficiant des résultats de ces travaux pour nourrir la réflexion et enrichir la formation initiale et continue des cadres, tel est un des objectifs essentiels de cette coopération. »

 

Michel LUSSAULT, Directeur de l’IFé  Institut français de l’éducation (Ifé)

« L’Institut français de l’éducation se situe à la confluence des recherches et des pratiques éducatives ; dès lors, il était naturel que nos efforts convergent avec ceux du Cnesco pour l’organisation des conférences de consensus qui visent, précisément, à faire l’état des savoirs sur des questions stratégiques en éducation, dans une perspective opérationnelle pour les décideurs et les acteurs éducatifs. Plus largement, je partage la même préoccupation que le Cnesco de mobiliser des travaux de recherche pour produire des ressources utiles à la communauté éducative, pour mieux comprendre les difficultés que rencontrent les praticiens afin de mieux les surmonter. »

 

Jacques GINESTIÉ, Directeur du Réseau national des ÉSPÉ 

« Je pense qu’il est nécessaire d’avoir une instance d’évaluation de notre système scolaire qui ne soit pas une organisation interne de l’Éducation nationale ; il est important de confronter les points de vue dans une instance qui dispose de suffisamment d’indépendance pour forger son avis. En tant que directeur d’ÉSPÉ et en tant que président du réseau national des ÉSPÉ, je sais qu’il est essentiel de pouvoir penser la formation des enseignants dans sa globalité et pas selon un seul schéma ; le Cnesco est pour nous un excellent instrument pour faire sens à nos actions et à nos orientations. »

 

 


Participants à la conférence de comparaisons internationales sur la mixité sociale à l’école

 

Près de 250 personnes ont participé à la conférence. Suite à celle-ci, un questionnaire de satisfaction a été envoyé par mail à l’ensemble des inscrits (intervenants et participants). 49 avis ont été récoltés. Voici quelques-unes des observations relevées :

« Une conférence qui fera date et dont on ne pourra pas ignorer les préconisations. »

« Efficace, agréable et conviviale. Apports de l’étranger très éclairants. »

« Une conférence qui donne à penser, à revoir les routines et surtout à les corriger. »

« Grande qualité des intervenants et excellente organisation. Bravo ! »

 


Forum « Rue des écoles » sur la mixité sociale à l’école

 

A l’issue du forum « Rue des écoles » qui s’est déroulé à Amiens sur la mixité sociale, les participants ont transmis leur opinion devant la caméra de Réseau Canopé :

« Les interventions de la salle ont été très pertinentes. Il y a des gens sur le terrain qui rencontrent des problèmes et qui essaient de trouver des solutions. »

« La qualité des intervenants et des interventions. »

« Chacun a pu s’exprimer, parler de ce qu’il vivait. »

 


Jury de la conférence de consensus numération

 

C’est le lendemain des attentats du 13 novembre 2015 que, néanmoins, le jury s’est réuni pour rédiger les recommandations de la conférence. À l’issue de ce travail, voici quelques-unes de leurs réactions :

 

Jacques GREGOIRE, docteur en psychologie, Professeur à l’université catholique de Louvain

« Nous avons pu bénéficier de deux journées de conférence d’un excellent niveau qui ont éclairé notre travail. Nous avons également la chance de former un groupe solidaire et compétent. »

 

Sophie JALLOT-LABAS, professeure des écoles

« Je suis heureuse et fière d’appartenir à un pays où enseignants, parents et inspecteurs peuvent se mettre autour d’une table pour discuter et essayer de faire avancer les choses. Je suis fière d’appartenir à un pays avec des institutions qui se questionnent et se remettent en questions. Se questionner c’est déjà progresser. »

 

Claire TORRES BISQUERRA, parent d’élève

« J’ai découvert la force d’un groupe, l’écrasante responsabilité qui est la vôtre dans votre mission quotidienne et votre engagement chaque jour renouvelé. »